La rebellion s'organise sur PS3 , jusqu'à la victoire , toujours !!
salut et bienvenue parmi les HORD

Eisenhower et les E.Ts

Aller en bas

Eisenhower et les E.Ts

Message par MoFoCKa le Ven 6 Jan - 3:50



Dans quelles circonstances le Président Eisenhower a-t-il pu rencontrer des extraterrestres ? Il fut le trente-quatrième président des États-Unis, entre le 20 janvier 1953 et le 20 janvier 1961.

La base d'Holloman sert de décor à plusieurs histoires. Le producteur de documentaires Robert Emenegger a évoqué une rencontre qui aurait eu lieu le 25 avril 1964 (mais Eisenhower avait laissé la place à Kennedy).

Il est également question d'un évènement assez semblable survenu en mai 1971, deux ans après le décès d'Eisenhower.

Il existe au moins une autre possibilité de rencontre, sur la base de Muroc/Edwards, en février 1954.



1. Art Bell et le 10 février 1955 :

Le récit ci-après concerne le 10 février 1955.

Le chercheur et animateur Art Bell a essayé d’éclaircir les circonstances durant lesquelles le Président Eisenhower s'était rendu en 1955 sur la base Air Force de Holloman, au Nouveau-Mexique (anciennement nommée Alamogordo).

Le 9 février Eisenhower avait annoncé qu'il allait passer quelques jours en Géorgie pour une partie de chasse. Il a quitté le lendemain, à 13 h, la base d'Andrews, accompagné de cinq personnes. Un groupe de journalistes des principaux réseaux le précédait dans un autre avion, parce que les relations internationales étaient alors assez tendues : les Russes traversaient un conflit de pouvoir, et la Chine communiste envisageait d'envahir Formose.

L'avion se posa sur la base Air Force de Spence. Eisenhower et son entourage arrivèrent à Thomasville vers 16 h 30 le 10 février. Il chassa la caille pendant une heure sur la propriété de George H. Humphrey - son Secrétaire au Trésor -, puis se retira dans sa résidence de Milestone.

Moins de 24 heures plus tard le Président se trouvait sur la base Air Force de Holloman.

Les journalistes ont perdu le contact avec lui pendant 36 heures. James Hagerty, porte-parole de la Maison Blanche, déclara à la presse qu’Eisenhower et son secrétaire "se remettaient d'un rhume", et leur raconta que le Président jouait au bridge devant un feu de cheminée.

"En fait", nous dit Art Bell, "Eisenhower avait quitté sa résidence avant le lever du jour, le lendemain de son arrivée, et s'était fait conduire sur la base de Spence pour ‘‘redécoller’’ vers Holloman".

L'article restitue le contexte géopolitique de l'époque :

« Ike et ses conseillers avaient étudié la question, rassemblé des statistiques, et considéré tous les aspects de la poursuite des essais nucléaires.

En tant que chef de la plus puissante nation, Ike était aussi considéré par beaucoup comme le gardien de l'arsenal nucléaire du monde libre.

La course aux armements avait commencé dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, et l'arme nucléaire était au coeur des stratégies. Les Etats-Unis à eux seuls, en 1955, avaient déjà conduit 189 tests nucléaires atmosphériques, souterrains et sous-marins. Les Russes en étaient à 90 essais nucléaires depuis 1949 et avaient fait exploser leur première bombe à hydrogène en 1953. »

Ensuite le narrateur imagine les derniers instants avant la rencontre historique :

« Ike n'était pas certain que tout se déroulerait comme espéré, mais ses conseillers avaient fait de leur mieux pour le préparer. La puissance atomique serait évidemment au centre des discussions. Un assistant les avisa qu'ils allaient bientôt atterrir à Holloman. Ils bouclèrent leurs ceintures et attendirent. »

La visite d’Eisenhower à Holloman a été révélée par un ancien pilote, surnommé l'Aviateur Kirtland, affecté à hôpital de la base. A l'automne 2006 Art Campbell a reçu du témoin une lettre de sept pages rapportant les grandes lignes de cette visite. L'avion présidentiel de l'époque, le Columbine III, s'était posé à Holloman le 11 février, vers 9 heures du matin. Selon ce qui était prévu il s'était immobilisé au bout de la piste 13, après avoir fait un demi-tour.

« Il y avait environ 300 personnes qui s'étaient rassemblées sur un côté de la base pour voir l'Air Force One se poser. L'avion présidentiel s'était curieusement immobilisé à 800 mètres, seul dans cet endroit reculé, et les moteurs à l'arrêt. Pas de tapis rouge, ni d'orchestre, pas de parade d'honneur, seulement quelques meuglements de vaches au loin.

Les employés civils et les militaires reçurent l'ordre de retourner à leurs tâches, et la base reprit une activité normale. Néanmoins la question circulait : Ike est-il dans l'avion ? Que se passe-t-il ?

On avait notifié aux civils et militaires que tout devait se dérouler comme à l'habitude pendant la visite du Président.

Peu de temps après un Ovni est venu se poser à cent mètres devant l'Air Force One. Un homme, que l'on présume être Eisenhower, est sorti de l'avion et s'est dirigé vers l'Ovni.

La rencontre a duré 45 minutes, puis le personnage est retourné vers l'avion. Un autre Ovni s'était maintenu dans les airs au-dessus de la piste pendant toute la durée de cet échange. »

Les détails sont finalement peu nombreux. Eisenhower avait été vu par des centaines de personnes. Le Président et le commandant de la base s'étaient adressés à un groupe de 225 militaires et d'employés civils, dans un hangar, et une seconde fois dans la salle de cinéma. L'ancien pilote avait fourni les noms de huit témoins, dont celui du Colonel Sharp. Art Campbell a cherché à en retrouver d'autres. Eisenhower avait quitté la base vers 16 heures 30 ou 17 heures.

Art Bell pense qu'on avait exercé une forte pression sur les personnels militaires et civils afin que la visite du Président restât strictement confidentielle.

« Ce fut très efficace parce que personne ne soupçonna finalement qu'Eisenhower s'était absenté de Thomasville pendant 36 heures. Il est très probable que cette brève rencontre à Holloman ne fut pas la première. »

L'enquêteur poursuit :

« Mais il est fort possible que le Président Eisenhower avait rencontré des ETs l'année précédente sur la base de MUROC (devenue Edwards AFB). La presse avait mentionné en février 1954 le fait que "Ike avait disparu pendant quelques heures". Une agence avait même cafouillé au point d'annoncer sa mort. Finalement la polémique a tourné ensuite pendant des années sur le fait de savoir si le Président avait ou non visité son dentiste à Palm Springs pour faire réparer une couronne. C'est peut-être là qu'il aurait eu l'occasion de voir des corps d'aliens. »

Art Bell ajoute :

« Le chercheur canadien Grant Cameron, spécialiste de l'histoire des Présidents en regard de la question Ovnis, m'avait raconté que Ike, l'année précédente à Muroc, était entouré de 250 personnes. On pense que cette fois Eisenhower avait tenu à fausser compagnie aux journalistes qui le croyaient toujours à Thomasville, parce que les autres nations, y compris les Russes et le bloc communiste, devaient absolument ignorer cette rencontre. »


Source et Suite

_________________




" Je suis depuis longtemps convaincu que les soucoupes volantes sont des engins interplanétaires. Nous sommes surveillés par des êtres d'outre terre. "
Albert Chop - D.A du service relations publiques de la NASA
avatar
MoFoCKa
ADMIN

ID PSN : HORD_MoFoXIII
Messages : 6541
Date d'inscription : 21/11/2009
Age : 34
Localisation : planète Terre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum